mercredi 24 juillet 2013

La plus grosse gifle de ma vie

Hello tout le monde, j'espère que vous allez bien.

Aujourd'hui je reviens pour vous faire du blablatage de vie. Et non, je ne parlerai pas de maquillage, ni de beauté. Donc si ma vie ne vous intéresse pas, passez seulement votre chemin, je ne vous en voudrai pas.

Il y a pile deux semaine, je me suis prise la plus grosse gifle de ma vie. Ce n'est pas une vraie gifle avec la main de quelqu'un. Mais une du genre ce celle que la vie t'envoie et qui te retourne complètement.

Mes études sont bien la seule chose que j'ai toujours eu l'impression de maîtriser dans ma vie. J'étais toujours sûre de ce que je voulais faire. Lorsque j'ai décidé d'être enseignante, je me suis lancée dans des études assez longues (comprenez cinq ans après mon bac). J'ai rallongé cela entre une année doublée au gymnase (l'équivalent du lycée en Suisse) et une année sabbatique entre mon bachelor et mon master. J'avais commencé mon master l'année passé. Et il me restait un an et j'avais enfin mon papier. Le rêve après tout ce temps passé aux études, j'allais enfin toucher du doigt la vraie vie professionnelle, j'allais pouvoir vivre de mes propres ailes.

Mais voilà, il y a pile deux semaines, j'ai échoué pour la seconde fois à un examen. J'ai été déclarée en échec définitif. L'année que je viens de passer a disparu en quelques secondes.

A la veille de mes 25 ans, je me retrouve sans rien. Toutes les études que j'ai faites, ne m'ont servies à rien.

Je vous passe les larmes, la colère et l'incompréhension que j'ai eues.

L'incompréhension oui. Je n'ai pas compris ce qui s'est passé, pour moi mon second examen s'était bien passé. J'avais répondu de la meilleure façon que je pensais à la question. Mes examinateurs ne m'ont jamais montré que je faisais fausse route.

Le choc.

Surtout parce que j'avais vu, après mon premier échec, ma prof qui m'avait dit que tout irait bien pour moi que je connaissais la théorie, que j'avais joué de malchance lors de cet examen. Elle m'avait même dit qu'elle ferait tout pour que je réussisse la seconde fois.

Je l'ai bêtement crue.

Je suis partie confiante lors de ma seconde tentative en juin. J'avais revu toute la théorie, je m'étais faite de nouvelles fiches de résumé sur les concepts les plus importants. Mais je n'avais pas retouché le fond de mes analyses (on devait les préparer à l'avances et les miennes avaient déjà été faites lors du premier examen). Car je l'ai bêtement crue, je me suis dit "c'est bon la prof a dit que j'y arriverai" et vu que j'avais déjà travaillé dessus, j'ai préféré revoir les concepts que mes analyses.

Et malheureusement, j'ai tiré une question dont mon analyse n'était pas la meilleure. Et je n'ai rien vu, j'ai ressorti mon analyse préparée à l'avance, les examinateurs ont posé des question. A aucun moment, j'ai eu l'impression de m'être royalement plantée.

Jusqu'à il y a pile deux semaine, lorsque j'ai reçu un mail pour me dire que j'étais en échec définitif et que je devais arrêter mes études.

La plus grosse gifle de ma vie.

Décidément 2013 n'est pas mon année, après avoir perdu mon job d'étudiante, je perds mes études.

Mais maintenant j'essaie de me relever tant bien que mal.

J'ai décidé de continuer dans la voie où je m'étais lancée. Je dois attendre deux ans avant de pouvoir me réinscrire dans une autre école afin d'avoir mon papier. Durant ces deux ans, je souhaite faire le maximum de remplacement possible, afin d'acquérir de l'expérience et de me faire connaître des écoles. Je pense devoir me trouver un autre job les week-end pour pouvoir au moins m'assurer un salaire tous les mois. Mais c'est faisable.

Je ne veux pas arrêter, je sais que je suis faite pour être enseignante. Je n'ai jamais été aussi bien que devant une classe à partager avec eux les savoirs.

Dès aujourd'hui, je vais tout faire pour voir cette grosse gifle comme un tremplin et non comme un fossé. Ce n'est pas facile de se relever et j'avoue que j'ai passé deux semaines dans une état d'esprit assez négatif. Mais j'essaie de revoir le positif petit à petit.

Je vais également essayer de revenir dans les réseaux sociaux. Je lis les actualités de tout le monde, mais en ce moment je n'ai pas trop l'envie de commenter, ni de participer. Je sais que j'ai été taguée par Nelle, je la remercie. Il faut que je fasse son tag dès que possible.

Je me relève peu à peu de cette gifle.
Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires:

  1. Tu as bien raison ne reste pas sur un échec...
    Continues d'avancer et relève toi...
    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que c'est une sacrée gifle et tu es motivée pour avancer et rebondir, c'est bien!
    En tout cas, courage! Je t'envoie des ondes positives!
    Biz,
    Kira

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour les ondes positives ^^

      Supprimer